mardi 28 juin 2016

Chroniques #34

Suite de mes notes de création :


Bérénice

Je me suis inspiré ici d’un dessin au crayon de Ingres : une jeune femme assise à son piano. Ingres fait partie des peintres qui m’ont formé et prononcé en moins le goût du dessin, de la ligne libre, en volute… Rien de guindé chez lui contrairement à ce que l’on veut en dire généralement, que de la virtuosité.
Et c’est ainsi que repartant de ce dessin, j’ai libéré moi-même ma main des traits tracés par le maître pour emporter cette jeune femme dans mon univers.
Il en résulte cette œuvre qui vacille entre un art baroque et un art moderne.
Ensuite, comme pour toute ma série de portraits du printemps 2015, j’ai laissé parler des couleurs qui ne me sont pas habituelles. Tons en rupture, en opposition, acidulés.
J’ai fait de cette expérience un « cross-over » sensuel et musical…

"Bérénice" - acrylique sur panneau - 40 x 30 cm

lundi 6 juin 2016

Chroniques #33

Notes de création de la semaine pour ce tableau à découvrir en toile et en couleurs à "The Little Gallery" à Saint Emilion !


Les claviers du soleil

Le titre est donné par le vers inscrit en filigrane en haut du tableau. Tandis que je peins, il me vient toujours des chants et des vers. Et puisque ce sont là partis-prenants du cheminement, je décide de les inscrire dans la chair de mon œuvre. Ils fournissent la musique qui convient au tableau. La même qui m’a guidée dans la création.
« Les claviers du soleil », ce sont les toits de ce Saint-Emilion que j’ai rêvé et retranscrit loin des clichés de la vigne et du soleil écrasant qui l’accompagnent généralement. Et pourtant, si vous regardez bien, ma vision n’est pas si loin d’être juste. Pas moins que les autres en tout cas.
J’y mélange mes références techniques (le vitrail, le cubisme, le cloisonnisme),  un peu de graphisme et typographie inhérents à ma formation (cotes de plans, textes calligraphiés), et enfin ma poésie intime qui est la musique ambiante du lieu.
"Les claviers du soleil" - acrylique sur panneau- 40 x 30 cm

dimanche 29 mai 2016

Chroniques #32

La suite des notes de création. Je vous rappelle que ces tableaux se trouvent à "The Little Gallery" à Saint-Emilion...


Tant d’oiseaux de bonheur

Je chante ici l’Amour mais aussi la brièveté des choses. Comprendre : « Tant d’oiseaux nous font croire qu’ils sont le bonheur, puis s’enfuient loin de nous… ». Il ne faut cependant pas le prendre pour une vision pessimiste de la vie. Accepter le caractère éphémère des choses, même celles de l’Amour, nous les rend plus intenses et précieuses.
Une des premières toiles de mon revirement artistique ! C’est pourquoi on y sent une rugosité et une intransigeance de formes toute particulière. A la croisée du cubisme et des arts médiévaux, j’entamais mon travail de fusion de ces deux esprits artistiques et poétiques…

Tant d'oiseaux de Bonheur - acrylique sur toile - 81 x 65 cm


lundi 23 mai 2016

Chroniques #31

Voici un nouveau chapitre de mes notes concernant certaines de mes oeuvres... Pour éclairer votre lanterne, et peut-être la mienne.


Petit homme de la rivière

Je crois que ce petit homme est un peu moi…
Dans tout mon travail, même en filigrane, l’esprit fluvial est toujours là. J’ai grandi dans les bras de la Loire millénaire. J’y ai joué, rimé, rêvé et connu mes premiers émois d’homme et d’artiste. Elle est à mon cœur une flamme que nul vent n’éteindra. C’est pourquoi mon inconscient trace les volutes d’une rivière un peu partout.
Ce petit bonhomme là est aussi un de ces poètes ou de ces bergers (il n’y a que peu de différence à mes yeux) que j’aime à peindre. Un être profondément en adéquation avec sa nature d’Homme primaire et naturel. Je veux que tout le monde puisse prendre conscience de cette part de lui qui est précieuse et d’où peuvent surgir toutes les merveilles d’Amour et d’Espoir.

Petit Homme de la rivière - acryliques sur panneau - 40 x 30 cm

dimanche 15 mai 2016

Chroniques #30

Naissance de la création et bruits de peinture...

"The Little Gallery" chez qui vous pouvez trouver certaines de mes oeuvres (à Saint Emilion), m'a demandé de lui proposer des notices pour accompagner mes tableaux et avoir matière à parler avec les personnes intéressées par mon art.
J'ai décidé de vous les proposer ici au goutte à goutte.

Plus que d'explications, il s'agit de décrire des états d'âmes ou de création qui ont pu conduire à la naissance de telle ou telle oeuvre. Je n'aime pas les bêtes descriptions ou les interprétations pseudo-psychanalytique que l'on peut trouver à droite ou à gauche concernant les oeuvres des peintres. Mais, par contre, je considère que rédiger un texte en rapport avec une oeuvre appartient au peintre lui-même et consiste de l'acte littéraire, littéralement. Cette démarche rend parfaitement transparente l'honnêteté artistique d'un individu (à bon entendeur !). Et pour cela, je ne présume de rien, je vous laisse juge de tout, vous qui me lirez.

Je ne terminerai pas sans remercier "The Little Gallery" pour sa proposition pouvant aider à l'accès à mon oeuvre qui paraît ardue à beaucoup d'entre vous (et pourtant...).


En marche vers Bellefontaine

Mon âme de troubadour s’épanche dans ce tableau. Mais la poésie courtoise est éternelle, comme le chant des rossignols, elle ne souffre en rien de l’air du temps. Ici, comme dans tout mon œuvre, sonnent  beaucoup de réminiscences médiévales. Mais je veux en débarrasser la part de « kitch » que l’époque moderne y a accolée. Ce langage très ancien m’est familier et je n’ai nul besoin de plonger dans les clichés ou les lieux communs pour le faire surgir. Je l’utilise comme un concertiste utilise son violon, en y mettant mon propre vécu et en faisant mes propres interprétations picturales.
Dans le nom de Bellefontaine  - qui ne désigne aucun lieu précis mais plutôt un lieu romantique idéal - il y a aussi un peu la consonance des « souvenirs de Mortefontaine » de Corot que chanta Aragon… Quelque chose de triste et délicieusement précieux…

En marche vers Bellefontaine - acrylique sur panneau et collage - 40 x 30 cm

lundi 9 mai 2016

Chroniques #29

La plupart de mes tableaux partis en exposition ou en galerie, je me retrouve seul avec cette place toute neuve de création. Et puis quoi, replacerai-je toujours mes pas dans les précédents? Cette peur du vide que l'on a chaque jour et son lendemain...
Voilà que je reprends un petit bout de croquis abandonné au creux sombre d'un carnet, et en route vers le passé. Ce village de souvenance ou imaginaire. Un parfum buissonnier, des effluves de bruyère, de terre retournée. Et le chant d'un passereau pour unique litanie...
Et quelque chose de nouveau naîtrait-il qui me fera pérégrin sans frontière ?

"Un nouveau matin à rêver"
Acrylique sur panneau - 30 x 24 cm

vendredi 15 avril 2016

Chroniques #28

Voici des clichés pour étayer mon propos sur le lien entre l'artisanat et l'art, héritage du mouvement Arts and Crafts du 19ème siècle. Le temps infini que je passe à élaborer mon tableau se prolonge avec ce qui n'est pas seulement de la finition mais l'oeuvre en soi. J'aime créer un objet, pas seulement une image.
Je m'estime heureux d'avoir suivi la voie "Arts appliqués" plutôt que "Beaux arts". Je suis élève d'une époque où l'on laissait encore aux arts appliqués sa place au travail de la main, et surtout où l'on envisageait une oeuvre dans sa globalité. Du design à l'architecture en passant par le stylisme, j'ai frôlé tous les possibles de l'art. Cela m'a donné bien du fil à retordre pour me débarrasser d'une certaine rigidité dans la pensée, mais beaucoup de cordes à mon arc plastique !

Travail du caisson qui soutient le panneau, renforcement et apprêt des coins, du travail d'artisan après celui du peintre

"Le chant et les méandres"
acrylique sur panneau - 30 x 40 cm
A voir à la Galerie "L'Art Ancien" à Orléans